actualité‎ > ‎

Cheveux électriques: coupez le courants

publié le 25 nov. 2010 à 13:22 par Catherine Lopez   [ mis à jour : 9 févr. 2012 à 08:55 ]
 
 

Pourquoi les cheveux sont électriques?
 
 
 
Le principe est le même que celui de l’aimant : les charges électriques opposées s’attirent, les charges égales se repoussent. Les cheveux sont attirés par un peigne, une brosse ou un pull, parce que leur charge en électricité statique est opposée à celle de ces objets.
 
Et pourquoi plus en hiver ?
Parce que plus l’air est sec, moins il est conducteur d'électricité et plus les objets peuvent se charger. Or en hiver l'air est beaucoup plus sec qu'en été. De plus, le manque d'humidité dans les intérieurs chauffés par un chauffage artificiel, exacerbe encore le phénomène.

Cause :
Shampooing trop détergent, séchage avec air trop chaud, brossage intensif, permanente, défrisage, coloration qui diminuent la capacité de la cuticule à absorber l’humidité de l’air.
Les matières synthétiques (brosse, pull, bonnet, collant) le séchage des vêtements au sèche linge.
Remède :
Brosse ou peignes en matière naturelle.
Un seul shampooing, au lieu de deux. Doux, peu moussant et localisé sur la racine, plutôt que sur les pointes. Malaxer doucement les cheveux, sans trop les emmêler, ne surtout pas masser énergiquement le cuir chevelu, pendant le shampooing.
Un soin après shampooing à laisser poser au moins 10mn avant de rincer.
Le séchage à l'air libre est conseillé pour lutter contre les cheveux électriques. Cependant, si vous utilisez un sèche-cheveux, préférez l'air tiède à l'air chaud et observez encore 5 minutes de pause, après le séchage, avant de vous coiffer.
L’hiver, un apport d’eau, près de la source de chaleur, humidifie l’atmosphère et rend les cheveux plus faciles à coiffer.
Une astuce : quelques gouttes d’eau sur les mains, que vous approchez de vos cheveux, juste en les effleurant, sans même les toucher, suffisent à décharger ceux-ci de leur électricité statique et à faciliter le coiffage (l’humidité des doigts neutralisant les différences de charge).